Ma critique du film : les animaux fantastiques

les-animaux-fantastiques-critique

Le premier long métrage des 5 épisodes de «  Les animaux fantastiques », titre original en anglais, Fantastic beasts and where to find them est sorti le 18 novembre 2016. La deuxième extension de cette aventure fantastique apparaîtra le 2018 et la troisième en 2020. Distribué par Warner Bros avec la réalisation de David Yates, la narration de ce spin-off de Harry Potter se concentre sur les aventures d’un sorcier britannique qui vient de débarquer en New York.

Présentation du film « les animaux fantastiques »

En 1926, Robert Dragonneau, un sorcier britannique entreprend un périple à travers le monde pour inscrire dans son répertoire tous les animaux fantastiques du monde. En faisant une halte à New York, un évènement inattendu se produit. Quelques-uns des créatures qu’il emmène avec lui dans sa valise se détalent et font paniquer les habitants de la rue de la ville. Mais cet incident constitue une violation du code International du Secret Magique. Il est alors obligé de rester dans la ville américaine pour retrouver ces créatures saines et sauves avec l’aide de non-maj Jacob Kowalski (Dan Fogler), de la sorcière Tina et sa soeur. Il aurait ainsi à faire face au congrès Magique des Etats-Unis et à la secte de Mary Lou bellebosse, qui veut exterminer les sorciers en Amérique. En affrontant le monde des ténèbres, nos quatre héros risquent de provoquer la guerre entre les non-maj et le monde de sorciers.

critique-les-animaux-fantastiques

 Critique du film

Le scénario est bien écrit et les évènements assez rythmés. La reconstitution historique des années 20 est également divertissante. Le métrage propose en outre assez de rebondissements et regorge de créatures fantastiques (entre autres Doxy, l’insecte venimeux doté de bras et de jambes, elfe de la maison le serviteur des sorciers, Focifère, hibou dont le chant provoque la folie, Nundu la créature la plus dangereuse du monde qui ne sort que la nuit etc). Les effets spéciaux, les jets de lumières et l’esthétique des créatures fantastiques sont sublimes. Par exemple, le rendu du Niffleur (la créature au long museau) est très artistique. Jacob Kowalski qui joue le rôle de non-maj ( non-sorcier) est aussi excellent dans son ébahissement en tant que non-initié face à la magie. Les décors du monde caché des sorciers ainsi que l’agencement des créatures hétéroclites dans la mallette en cuir sont également impressionnants. Comparé au film d’Harry Potter, « les animaux fantastiques » conviennent ainsi à un public plus âgé. Quelques créatures à l’allure agressive peuvent effrayer les plus petits. Un petit bémol cependant, concernant le ralentissement de la fin du film. Le dénouement du film traîne un peu. Certaines lourdeurs et problèmes d’incrustation de personnages peuvent également faire tache à l’ensemble du métrage. Cependant malgré ces quelques points négatifs, la production est une réussite. Pour preuve, si la réalisation du métrage nécessite environ 200 millions de dollars, les animaux fantastiques a déjà engrangé presque le double de cette dépense. En bref, malgré la pauvreté du scénario, la direction artistique du film s’en sort bien avec le casting pour faire de ce film plus qu’un blockbuster efficace.