J’ai testé la luminothérapie pour vous : Mon avis

luminothérapie

Souffrant d’une légère dépression pendant les hivers et les automnes, je me suis décidé à pratiquer la luminothérapie. Voici mon avis sur ce traitement à base de lumière naturelle.

Un traitement de longue durée

Dès que j’ai su que je souffrais d’une légère dépression hivernale, je me suis rendu chez mon médecin. Ce dernier m’a vite prescrit la luminothérapie ou de partir en vacances, ce que mon budget ne me permet pas. Pour cela, il m’a présenté plusieurs options : un traitement sous la supervision d’un professionnel, ou un traitement à domicile.

La luminothérapie chez un professionnel

La luminothérapie peut être prescrite par les membres du corps médical : les médecins, les psychiatres, les neurologues, les psychologues et les naturopathes. Ces derniers peuvent réaliser les séances.

Pour une luminothérapie en clinique, les séances peuvent varier en fonction du patient. C’est la raison pour laquelle on dit que la séance doit être personnalisée. Avant d’entamer le traitement, le docteur doit prendre connaissance des antécédents médicaux du malade. Pour la détermination des horaires et du nombre de séances, plusieurs paramètres doivent être pris en compte : les contraintes horaires et hebdomadaires du patient, la saison de l’année (hiver, automne,..) et le port éventuel des verres de contact ou des pathologies ophtalmiques.

Le déroulement de la séance

La séance chez un professionnel peut se passer de deux façons. Le patient peut s’allonger sur le dos, face à la lampe, ou il peut s’asseoir face à une lampe dans une cabine. Chez les professionnels, les lampes sont conçues pour filtrer les infrarouges et les ultraviolets, car ces derniers sont très dangereux pour la santé. La durée et le nombre des séances dépendent de l’état du malade.

La luminothérapie à domicile

Le patient a la possibilité d’effectuer la luminothérapie à domicile, d’autant plus que c’est assez facile à faire chez soi. Pour le traitement, il faut tout simplement se munir d’une lampe de luminothérapie de grande qualité, avec un filtre pour les infrarouges et les ultraviolets.

La durée de la séance dépend de l’intensité de la lampe utilisée. Pour une lampe de 10000 lux, il faut une exposition d’une demi-heure. Par contre, si vous avez une lampe de 2500 lux, vous devrez vous exposer pendant 2h.

Certaine marque de réveil propose également des simulateurs d’aubes qui permettent de se réveiller avec une lumière digne d’un vrai soleil. De quoi se réveiller du bon pieds. Par exemple il y a le Beurer WL 80 disponible ici qui est un véritable bijou de technologie luminothérapie.

Les contre-indications

Comme tous les médicaments, il existe des contre-indications pour la luminothérapie. Vous ne pouvez surtout pas effectuer le traitement si vous effectuez déjà un traitement photosensibilisant, de traitement à la vitamine D, maladies psychiatriques (bipolarité, autisme, schizophrénie, paranoïa,…), les maladies ophtalmiques (cataracte, conjonctivite, herpès et rétinopathie, …).

Pour ma part, j’ai opté pour le traitement à domicile, car cela me facilite un peu plus la vie. En effet, je n’ai pas à m’imposer les horaires du spécialiste. Je me soigne à mon propre rythme et c’est moins cher. Dès les premières expositions, je me sentais de très bonne humeur. La situation s’est améliorée au fur et à mesure du traitement. Comme mon médecin m’a conseillé d’acheter un simulateur d’aube, je l’ai acheté et d’autres améliorations ont été constatées : réveil plus doux, sommeil de qualité et grande résistance au stress. Que du bonheur !